Voyage

Milan’s calling, Baby! (2)

Durant notre court (trop court) séjour à Milan, j’ai volontairement zappé Instagram pour nos repas. D’abord car John avait fait l’effort de se déconnecter du boulot, je ne pouvais que lui rendre la politesse et puis, je voulais faire un billet sur le blog, du coup je ne tenais pas à ce que vous vous tapiez une indigestion.
Milan m’a réconcilié avec l’Italie que la Sardaigne avait beaucoup abîmé dans mon esprit et je crois qu’ils ont réussi à me faire succomber en me prenant par l’estomac.
On est peu de choses, pas vrai?

Via Amadei 1
20123 Milan
La meilleure adresse de la ville!
Quand tu passes le seuil de la porte, tu as l’impression que le temps s’est arrêté il y a 50 ans (et j’ai eu cette impression de nombreuses fois en 2 jours. Tu me connais maintenant, j’ai adoré), le cadre est un peu vieillot, les serveurs en tablier blanc et noeud papillon et le caissier derrière son comptoir en bois, lisant le journal.
Pour les prix, il faut compter entre 10 et 25€ selon les plats ce qui reste abordable pour le quartier.
Pour débuter, j’ai opté pour une assiette de prosciutto et melon. Le jambon est coupé à la main sous nos yeux en fines tranches, et déjà je suis conquise. Une fois en bouche, c’est un peu l’extase, le jambon fond sur la langue et le melon est goutu, alors que ce n’est plus vraiment la saison.

Mr Grumpy a choisi une salade caprèse qui s’annonçait être « son entrée » pour tous les repas que nous avons pris à Milan.

J’ai poursuivi avec des spaghetti alla vongole et là encore, je n’ai pas laissé un bout de persil dans mon assiette. Je t’avoues ici avoir saucé, même si je sais parfaitement que ça ne se fait pas, je n’ai pu m’en empêcher.
John, lui a fait très fort! Il avait commandé des tortellini à la crème (qui étaient à se damner) que l’on a fini par picorer tous les deux, il a donc recommandé un second plat (oui, oui je sais pffff).
Un ragout de penne à la viande hachée et aux coeurs d’artichauts dans une sauce tomate, le tout était vraiment parfait.

Pour le dessert, j’ai déposé les armes. Si j’avais mangé une bouchée de plus, j’aurais été incapable de me remettre sur mes jambes ne fut-ce que pour faire un mètre.
John ne s’est pas laissé démonter et a dégusté un tiramisu, le meilleur du séjour selon lui. Je ne me prononce pas, je n’aime pas le café. Note qu’en Italie, ne pas aimer le café c’est presque insultant.
La photo ci-dessous ne lui rend pas grâce mais il parait que lorsque ce dessert ne se tient pas dans l’assiette, c’est qu’il est réussit. Si ça se trouve, je suis une super cuisinière en partant de ce constat?

 

Via Dell’Orso 1
20122 Milan

Le cadre de ce restaurant est un tantinet plus moderne que le précédent mais on reste dans le restaurant des familles milanaises et pourtant, j’ai été un poil déçue. Surement parce que nous avions placé la barre très haute, la veille au soir.

Je n’ai pas pris d’entrée et Mr Grumpy, sans surprise, a dévoré sa salade Caprèse même s’il a déploré le manque de gout de la tomate toujours en comparaison de la veille.
Pour le plat, cette fois nous avons voulu gouter les spécialités de la ville. Mr Grumpy s’est régalé d’un risotto au safran, pour ma part je n’ai pas réussi à venir à bout de mon escalope milanaise.
J’ai d’ailleurs pris ma main en photo pour te montrer la taille de la bête… Hallucinant!

Selon mon mari, le tiramisu était surgelé et je vais être obligée, encore une fois, de le croire sur parole.
J’ai trouvé marrant que pour le café, il propose des dosettes de miel pour ceux qui préfèrent le déguster ainsi.
Les plats sont dans les mêmes tarifs que le restaurant précédent mais ne sont pas équivalents au niveau gustatif. Attention, ca reste très très bon mais un tout petit moins fin que chez la Collina Pistoiese.


Légende du risotto au safran: Sa création remonterait à 1574. Le maitre verrier Valerio di Fiandra incorporait cette épice dans sa préparation de teinture de verre afin d’obtenir une couleur plus brillante pour les vitraux du Dôme de Milan. Le jour du mariage de la fille de son maître verrier, un jeune assistant amoureux en secret de la belle ajouta du safran au riz qui fût servi au mariage pour se venger d’avoir été éconduit. Passé une seconde de surprise dans l’assistance, un courageux goûta et trouva le mets délicieux, les autres suivirent…

EAT’S
Galeria del Corso 4
20122 Milan
Pas de quoi s’attarder sur ce repas, nous avions faim et il était presque 15h, une envie de se poser un instant et nous nous sommes arrêtés au premier spot venu.
Note quand même la taille de l’escalope dans le sandwich de Mr Grumpy… Pour ma part, j’ai dévoré mon club sandwich en sirotant une tisane. Je t’ai dit que j’avais arrêté le soda?
6ème étage du Centre Commercial
La Rinascente

Piazza del Duomo

Un bar à mozarella situé au 6ème étage d’un centre commercial avec vue imprenable sur El Duomo, il ne m’en fallait pas plus pour faire plaisir à John qui adore ce fromage.
Pour ma part, j’avais un peu peur de devoir le regarder manger puisque je ne mange aucun fromage mais ça, c’était sans compter sur la gentillesse du personnel qui m’a fait une pizza sans fromage. Et avec du prosciutto qui est devenu ma nouvelle marotte, il faut le savoir!
C’est un peu cher pour ce que c’est mais là, tu payes aussi la vue. Il faut compter entre 15 et 45€ selon les plats.

Galeria Victor Emanueli
20123 Milan

J’avais très peur que ce soit un peu le genre de restaurants « attrape touristes » dans un lieux prestigieux. John ne voulait pas du tout s’y arrêter mais je mourrais d’envie de diner dans ce cadre…

Ici le pain est fait maison et John a opté pour des bruschetta… à la caprèse, tiens donc!
Vu la vitesse à laquelle elles ont disparu, j’en déduis que ça devait être bien bon.
Pour les plats, penne al arrabiata pour lui et spaghetti alla vongole pour moi. Rien à redire, très gouteux et plats généreux. Perfecto!
Pour les desserts, tiramisu pour John qui a décidément du mal à varier son alimentation et crème catalane brulée sous mes yeux, pour mon cuissot. Bon, bon, bon! Très très bon, même…
Les petits plus de l’établissement? Les mignardises faites maison servies pour le café de Monsieur (à réveiller les morts le café italien, et je te dit ça juste à cause de l’odeur, je n’ai fait que renifler!).
Et puis, le maître d’hôtel en me voyant tripoter mon téléphone à discrètement glissé un ticket WIFI sur le coin de notre table, j’ai trouvé l’attention mignonne.
Les prix sont les mêmes que dans les établissements précédents et une terrasse chauffée te permets de diner sous la verrière. Je craignais une forte affluence mais finalement l’ambiance n’est pas à la foire…
Si je le pouvais, je ne mangerais italien qu’à Milan!
Voyage effectué en octobre 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s