Lecture

Lecture – Le livre des Baltimore de Joel Dicker.

Et voilà, il est temps de te faire un billet sur ma dernier lecture d’un roman de Joel Dicker. J’avais lu « La vérité sur l’affaire Harry Québert » il y a quelques mois, je n’avais pas bien compris l’engouement du public pour cet auteur et comme je déteste ne pas comprendre un truc. J’ai acheté celui-ci… Cette fois, c’est certain, je mourrais idiote et dans l’ignorance mais au moins je ne mourrais pas d’ennui, c’est déjà ça!

joeldicker-Baltimore

Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.
Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey.
Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne.
Huit ans après le Drame, c est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman.
Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu’il éprouva jadis pour cette famille de l’Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s’effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu’au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu’est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

Je ne sais même pas par où commencer? Ok, je n’aime pas cet auteur.

L’auteur nous a déjà prouvé qu’il maitrise à la perfection l’art de te décrire les personnages afin que tu puisses de suite te sentir proche d’eux, mais aussi des retours en arrière incessants et donc usants sur la longueur. Et crois-moi sur parole, longueurs il y aura!

Même si les descriptions sont ultra poussés et travaillés, ils manquent cependant de vraisemblance, les personnages principaux sont beaux, talentueux et riches mais la façon dont Marcus va retomber sur son grand amour est un peu, beaucoup tiré par les cheveux, l’histoire du chien qui fugue et atterri comme par hasard devant sa porte, trop de guimauves, de sucreries et si j’étais vraiment méchante, j’irais jusqu’à écrire mièvrerie. Oui, carrément.

Là, où l’auteur est très fort c’est que dès les premières pages, il te met dans la connivence, cette fois il t’annonce un drame qui a causé la perte de sa famille et forcément ta curiosité de lecteur veut absolument savoir. Pour contenter ta curiosité, il va falloir que tu t’armes de patience et que tu avales un peu plus de 600 pages, un peu indigeste, j’en conviens.

Bref, tout ça pour ça ou l’art d’écrire pour ne rien raconter.

4 commentaires sur “Lecture – Le livre des Baltimore de Joel Dicker.

  1. Bonjour Karen, moi non plus je ne comprends pas l’engouement, je n’ai aimé aucun de ces deux livres. J’ai mis un temps fou à les lire… Il ne s’y passe rien, enfin c’est comme ça que je l’ai ressenti. Je vais peut-être être les vendre également, très bonne idée ! Bises

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s