Blabla·Réseaux sociaux

Réseaux sociaux – Les influenceurs et moi.

Oui, je sens que ce genre de billets pourrait être un thème récurrent par ici, dans les prochains mois, parce qu’il me fascine autant qu’il me révolte. Drôle de métier qu’influenceurs/influenceuses, pas vrai? Oh, je sais qu’eux se revendiquent « créateurs de contenus », forcément ça fait quand même un petit peu plus sérieux.

Influenceurs_siecle_digital

Oui, je vais donc relever certains faits et râler à ce sujet alors avant que des personnes « bienveillantes » viennent me faire la leçon du genre « si tu n’aimes pas, pourquoi tu suis? », « si ça t’énerves à ce point, tu n’as qu’à pas utiliser ce réseau social », blablabla… Je te fais un petit topo rapido (c’était pour la rime pauvre), oui souvent Instagram me fatigue mais j’aime y aller pour un tas de raisons. Je ne suis pas forcément abonnée aux influenceurs dont j’ai relevé les méfaits mais figure toi, qu’Instagram a ses propres robots qui passent leur temps à me faire des suggestions plus saugrenues les unes des autres. Donc, ne te fatigues pas à te poser en mère la morale, je ne suis ni jalouse, ni envieuse,  ni quoi que ce soit du genre.

D’ailleurs, jalouse de quoi au juste? De toujours manger froid (parce que je passe plus de temps à prendre mon plat en photo qu’à le déguster), de refaire faire à mon entourage 12 fois une photo (parce que la mèche sur la photo, ça ne va pas du tout?), de mettre mon mec ou mon gosse en scène pour les besoins d’un cliché, de ne pas être une femme sandwich sur le net? Non, je ne vois pas bien de quoi je dois être jalouse.

Par où je commence en ce début d’année?

Bon, d’abord je répète mais créer du contenu (écrire des articles de blog/prendre de jolis photos) ce n’est pas un travail pénible. Alors merci d’arrêter de vous (les influenceurs) plaindre, vous êtes les premiers à clamer haut et fort d' »avoir la chance d’avoir fait de sa passion, son métier » (non mais c’est tellement niais) qu’il faudrait arrêter de chouiner pour tout et rien. Surtout pour rien.

Ensuite, il n’y a pas très longtemps, une youtubeuse beauté s’extasiait de découvrir la nouveauté de Hello Body (oh je vais même pas mettre le lien du site de la marque tant on la connait toutes, avec leurs codes promo. Je me demande si ils ont déjà vendu UN SEUL produit, plein tarif…), une lotion astringente aux AHA et qui disait texto « je n’ai jamais vu de produit de ce genre ailleurs ». Bon, encore une fois, si tu veux que je te prenne au sérieux dans ton métier d’influenceuse, il faudrait quand même que tu le fasses sérieusement. C’est un minimum. Les lotions astringentes existent depuis belle lurette, Hello Body n’a rien inventé (si ce n’est se servir de la télé poubelle et des vendus de l’Internet pour se faire une place au soleil). Puisque je parle d’elle, mais si tu sais elle a fait de l’ananas, l’emblème de son « empire », faudrait vraiment qu’elle arrête les retouches de chirurgie esthétique. Sa mère ne doit plus reconnaitre un seul des traits de la petite fille qu’elle a mise au monde (et quand on y pense, ça ça doit être bien triste) et surtout, elle ne ressemble plus à rien avec le visage si figé. Elle commence limite à me faire peur, plus aucune émotion sur le visage. Rien. Une jolie tête, toute en plastique.

Dans un autre genre, il y a une influenceuse qui après s’être reprise en main nutritionnellement parlant, a décidé d’en faire un bouquin et de nous expliquer pourquoi il faut manger plus sainement. Jusque là tout va bien. Elle nous explique qu’il ne faut pas plus longtemps pour faire ses courses au marché et à la Bio Coop du coin qu’au supermarché. J’ai même pas relevé que perso, le marché du mardi ou du vendredi matin dans ma ville, c’est balaud mais il est a des horaires où moi, je bosse. Et n’étant pas parisienne, pour aller à la coopérative Bio la plus proche, il faut que je fasse 15 kilomètres aller avec ma voiture diesel (oui, je m’autoflagelle tous les soirs à ce sujet alors inutile d’en rajouter), je ne suis pas certaine de l’impact écologique dans mon assiette au final. Dans ses bonnes résolutions, elle demande dans la signature des dizaines de mails (pas de commentaires, c’est trop facile là) qu’elle envoit au marque de ne plus lui envoyer de colis sans son accord. Donc si on suit la logique, la marque doit d’abord lui envoyer un mail pour proposer un envoi, auquel elle va répondre et la marque en retour renvoie un mail de confirmation pour finalement envoyer le colis. Là encore plus de mails pour peu de changement sur la finalité. Et quand cette nana se permet de m’expliquer comment bien manger alors que ça fait deux mois qu’elle est en décalage horaire permanent, à partir pour l’autre bout du monde en avion et pour seulement 48h sur place, ça me fait doucement rigoler.

Autre sujet qui m’agace en ce moment? LE DETATOUAGE. Sérieusement ces influenceuses ont une communauté très très jeune pour la plupart, elles se filment en voyage à New-York profitant de l’occasion d’être là pour se faire tatouer une couronne sur le dos de la main et 3 ans plus tard, les voila dans un institut de soins esthétiques à le faire retirer. Evidement, l’acte est sponsorisé (mais jamais mentionné comme tel, super!). Le tatouage est un acte fort, je refuse de le voir comme un effet de mode et c’est vraiment se foutre de la gueule du monde, que de véhiculer un autre message à ce sujet. Parce que les petites jeunes qui se font tatouer pour ressembler à ces nanas, elles, elles n’auront pas les moyens de se rendre dans cet institut du 8è arrondissement de Paris pour se les faire retirer quelques mois plus tard.

Dans la même veine, le traitement dentaire INVISALIGN pour corriger l’alignement dentaire. Le culte de la perfection hein? Arrivée à presque 50 piges et se retrouver avec des goutières transparentes pour redresser une malheureuse dent qui a le toupet de sortir du rang, c’est n’importe quoi. Le redressement dentaire n’est pas à prendre à la légère, faire bouger sa dentition c’est la fragiliser quoi qu’on en dise. Ca me fait toujours sourire ce genre de transformation, je vais te raconter l’expérience de ma maman. Ma mère a du, il y a quelques années, se faire poser des couronnes sur les incisives et les canines du haut, quand le dentiste lui a montrer le moulage (oui à l’époque c’était des moulages en plâtre, le laser pour les empreintes c’est so 2015!), ma mère a suffoqué d’indignation en s’apercevant que son incisive légèrement tournée avait disparue au profit d’un alignement parfait. Elle a réclamé SON sourire, celui qu’elle a toujours eu et le dentiste lui a refait son incisive à l’identique. Des fois, une différence peut aussi devenir une coquetterie.

Oh je ne vais pas toujours taper sur les mêmes, elles sont toutes à mettre dans le même panier.

Même la jolie petite nana qui vit sur son île avec son footballeur de mari et ses deux gamins tout parfaits, qui mange des bols de fruits au petit dej, a des seins qui tiennent tout seuls (les veinards) et passe ses journées en salle de sport à se filmer (sans transpirer)(la vie ne nous a pas toutes gatées de la même manière c’est tout!). Alors elle, c’est le pompon sur la garonne. La nana, même pour ses déplacements privés, elle sollicite les palaces alentours pour négocier des suites familiales en échange d’une story sur son compte où elle t’explique comment la musique en wifi dans la salle de bain, c’est trop l’avenir ou comme le brunch de ce palace est incontournable si toi aussi, tu passes dans le coin. Ben tiens…

J’ai même pas envie de parler de celles qui mettent en scène leur progéniture pour le déballage des portages (là encore rime pauvre). Encore moins de celles (et ceux) qui nous (sur)sollicitent pour que l’on aille voter pour eux sur le site des Influenceurs Family Award. Nan mais pis quoi encore?

Enfin pour clore le sujet (pour aujourd’hui)(faut pas rêver, elles ont de la ressources pour m’enerver!), je voudrais parler des jeunes trentenaires sur Instagram. C’est quoi leur problème? Alors bon, je me souviens ne pas avoir trop apprécié ce cap à l’époque (huhu) mais de là à en faire une montagne, faut pas déconner. Je ne compte plus les publications avec accroche du genre « Se sentir enfin bien dans son corps »(quand on a 30 ans et qu’on fait un 38) ou « Accepter de vieillir à la veille de mes 30 ans » ou « J’ai survécut à ma trentième bougie »… Alors, alors… Sérieusement? A quoi tu penses, jeune influenceuse quand tu écris ce genre d’accroche? Penses-tu à ta mère, tes tantes, les mères (pourtant trop cools quand tu avais 12 ans) de tes copines, ta belle-mère, et enfin LES MERES des gamines de ta communauté?  Ces dernières, tu ne devrais pas les dénigrer de cette manière, elles ont le portefeuille qui te rend « bankable » auprès des marques que tu survend à longueur de journée, ma grande!

Tu sais quoi Jeune Influenceuse? je te souhaite de vieillir encore et encore, d’avoir plus de rides que le chien de Madame Foresti, des fleurs de cimetière plein les mains, de la cellulite à faire rougir une orange et de te débattre avec un maillot de bain taille XXL et tout ça LE PLUS LONGTEMPS POSSIBLE. Parce que vieillir, ce n’est pas une fatalité mais une chance que beaucoup de gens n’ont/n’auront malheureusement pas.

Une dernière chose. L’ALGORYTHME D’INSTAGRAM. Pendant des mois, j’ai cru que j’étais une privilégiée de la plateforme. Personnellement, je vois passer toutes les publications des personnes auxquelles je suis abonnée et au vu de tous les chouinements des influenceurs qui n’ont pas la visibilité qu’ils/elles méritent (non mais ce melon quand même), je pensais qu’Instagram m’aimait bien et ne voulait surtout pas que je manque quoi que ce soit de la vie des 99 personnes que je suis. Mais que dalle, Instagram ne me connait même pas (mon grain de raisin n’est pas prêt de se transformer en melon/pastèque à ce rythme là!), et pourtant je ne rate rien. Le secret? Je viens de l’écrire, je ne suis « QUE » 99 personnes. C’est peu, très peu. Alors avant de crier au loup, ce qui serait bien c’est d’informer les gens. En suivant ces 99 personnes, je passe déjà énormément de temps sur ce réseau (au moins 1h par jour), je vois passer (et like, parfois plus par habitude, mais comme ce sont des choix bien affinés, je sais que j’aime vraiment ces comptes) toutes les publications, je dois parfois passer les stories en accéléré, si je ne veux pas y perdre la soirée alors imagine, si tes abonnés suivent 500 voir 1000 comptes, c’est NORMAL qu’ils ne puissent pas tout voir, tout liker mais c’est toi qui leur a appris la surconsommation, tu es puni par où tu as péché. CQFD.

Bon, je crois que j’ai fait le tour sur les dérives de cette nouvelle année non?

 

38 commentaires sur “Réseaux sociaux – Les influenceurs et moi.

  1. AMEN!
    Ps:la pénibilité…😂😂😂😂😂😂😂😂😂 elles ont pas dû faire beaucoup de boulot dans leur vie…(Que ça leur prenne du temps ok, mais il leur faut réviser la définition (comme aux politiques d ailleurs)
    Et ce terme « influenceuse »…oh pitié….😑
    😘

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne comprends pas le métier (j’aurais dû mettre des guillemets) d’influenceuses. A part aux marques, ça ne sert à rien. C’eSt au delà de la futilité. Comment peut-on s’extasier sur la vie d’une personne qui ne choisit rien de sa vie car elle attend les sollicitations de marques, pourquoi vouloir les mêmes vêtements, meubles, produits de beauté sans s’apercevoir qu’on devient juste une imitation ? Je déteste le mot inspirante: pouvez-vous m’expliquer ce que cela veut dire ?
    Je n’ai pas reconnu les filles dont vous parlez, je ne suis pas grand monde ( sur les doigts d’une main, dont Kaki!)

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne saurais vous expliquer le mot inspirante, parce qu’hormis beaucoup d’agacement, elles ne provoquent pas grand chose chez moi XD
      Celles dont je parle sur l’article sont Sananas pour Hellobody, Youmakefashion pour les milliers de km en avion sur moins de 2 mois, EnjoyPhenix pour le détatouage, Mon Blog de Fille pour Invisalign et Natamelie pour la Corse…

      J'aime

    1. Le problème des petits comptes c’est que je ne les trouve pas assez actifs, dans mes moments de pause ou d’attente, j’ai besoin de contenus… Du coup, je me tape quand même beaucoup beaucoup de merde XD

      J'aime

  3. Je comprends ton agacement et je ne t’envie pas ! 😁 Moi Instagram ne me propose pas de comptes chelous, sûrement parce que je ne suis pas grand monde donc je ne l’intéresse pas !!! Et c’est cool…
    Je suis un peu frileuse des réseaux sociaux, et je ne suis pas de « gros » comptes ou de comptes très orientés marketing. J’aime suivre des gens normaux, des gens que je pourrais totalement connaître pour de vrai, qui ont une vraie vie avec les mêmes problèmes que moi, des gens qui n’essaient pas de me vendre quoi que ce soit. La nana aux ananas (oh ça sonne joliment ça !! 😂), je l’ai suivie un temps, et puis non, trop de vide, trop de rien, pas pour moi 😊
    Allez, passe une belle journée, les miennes sont toutes moches depuis un moment mais je m’accroche, je sais que le soleil est juste derrière, il est toujours là même quand je ne le vois pas, c’est peut-être bête mais ça me porte.

    Aimé par 1 personne

    1. J’adore les gens de la vie normale mais ils ne sont pas très actifs la plupart du temps et une photo par semaine voir moins alors que j’y vais au moins 3 fois par jour, ca le fait pas XD
      J’espère que ce n’est rien de grave pour les journées toutes moches, j’ai eu une sale période il y a quelques semaines et je croise les doigts fort chaque jour, pour que ce soit derrière moi pour un moment. Du coup, je croiserais les doigts fort pour nous deux 😉

      J'aime

  4. J’adore ce genre de billet et tes stories instagram me font souvent sourire! J’ai exactement le même avis que toi.
    Ce métier d’influenceur pour moi correspond, on va dire, à du vent, et je ne suis quasiment plus aucune blogueuse… Ce genre d’approche, leur bla bla, me font bondir, frémir, je les vois arriver de tellement loin avec leurs gros sabots… Peut être par ce que je suis trop vieille, je sais pas, je suis en dehors de leur cible… Leurs vies parfaites ne m’intéressent absolument pas, ne reflètent d’ailleurs pas la vraie vie et elles doivent bien s’ennuyer la plupart du temps, à être dans le paraître comme ça… Bref, continue de râler si ça te fait plaisir et/ou du bien, moi ça me fait rire 😉
    Des bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense que je suis aussi en dehors de la cible mais je m’interroge… Quelle est la cible de Mon Blog de Fille par exemple? Je la trouve tellement vide de sens, à s’émerveiller comme une gamine de 12 ans devant une commande pour 4 de barquettes plastique de bouffe, elle m’agace… Sa cible ne peut pas être aussi éloignée de son âge à elle? Je comprends pas…
      Et merci de me soutenir dans mes raleries, des bisous en lunettes de soleil (enfin pas là tout de suite, il est 21h mais en général sur ma semaine hyper ensoleillée et comme dans le Nord, c’est pas tous les jours, fallait que je le souligne!)

      J'aime

  5. et tu ne parles pas de ces influenceuses qui se reconvertissent (comme ça ???? ) en AE en rédaction web et développement marketing ou C.M socialmedia (community manager) , redacweb-seo ( si si, tout cela à la fois ==> wonderwoman quoi …) et n’arrivent pas à poster sur sur le compte instagram et le site web de leur client quasiment un article sans faute d’orthographe et qui te blacke-liste quand, ayant mal pour elle, tu lui signales gentiment en messagerie privée (je suis pas méchante) ses erreurs. Rassurez-vous,elle ne se relit toujours pas, il y a toujours autant de fautes depuis.

    Aimé par 1 personne

  6. Ahah ahah merci Karen pour cet article et j’en redemande encore et encore! Je me sens moins seule à pester devant mon IG.
    Elles m’épuisent…
    En tout cas je les ai toutes reconnues et j’ai appris que le mari de la Corse était footballeur et Google mon ami m’a montré sa tête 🤣🤣 Merciiiii

    Aimé par 1 personne

  7. 99… c’est 90 de plus que moi !!! Ça me convient très bien, j’utilise les réseaux sociaux pour garder le contact avec des personnes que je ne vois pas souvent.
    Rien que le mot « influenceuse » m’amuse beaucoup tellement c’est loin de ma conception de la vie.

    Aimé par 1 personne

      1. Pour suivre quelqu’un j’ai besoin de m’identifier un minimum, et aussi d’avoir affaire à une vraie personne qui n’est pas là juste pour vendre un produit parce qu’elle est rémunéré pour ça.
        Niveau identification il me faut donc un blog d’une quarantenaire qui ne fait pas du 36, qui a une vie de famille, une vie simple et si possible saine… et qui ne se la raconte pas… à part le tien (et celui que tu avais avant) il n’y en a pas beaucoup.
        Je sais que quand tu donnes ton avis sur quelque chose c’est en toute liberté, et la liberté j’aime ça !!! La liberté de la personne qui s’exprime c’est la seule chose qui peut m’influencer, et me convaincre à acheter une crème, lire un livre ou voir un film.
        Et forcement si l’essai est concluant je suis encline à recommencer. Grace à toi j’ai découvert Filorga et REN, marques vers lesquelles je ne serais sans doute pas aller toute seule.

        Aimé par 1 personne

  8. Je partage tellement ton avis. Et je vois parfaitement de qui tu parles dans ton article. Je continue pour ma part mon petit bonhomme de chemin. Je publie n’importe comment, genre 3 photos en 1h puis plus rien pendant 7 jours mais c’est ainsi que j’aime utiliser ce réseau social. Quand j’ai envie, comme j’ai envie. Et j’adore toujours te suivre même si Malte te fait une sacrée concurrence. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui faut dire que mon chat est sublime (mais pas du tout instagramable ou alors c’est moi qui refuse de l’emmerder avec mon téléphone à 10 cm de sa truffe toute la journée même si j’en meurs d’envie) XD

      J'aime

  9. Comme toi j’ai du mal avec toute cette promo des influenceurs. D’ailleurs je trouve cette appellation très péjorative. J’aime pas être prise pour un pigeon, un porte monnaie, qu’on me lobotomise le cerveau avec des conneries. J’aime les comptes simples, authentiques (autant que possible) et qui reflètent la vraie vie. C’est peut-être parce que je suis vieille, de l’ancienne génération 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Alors rien à voir avec le bordel mais je suis dégouttée, j’avais participé à ton concours pour le tee shirt grand-mere et après verification trois cent ans plus tard, mon commentaire ne s’est pas validé, n’est pas passée j’sais pas… Foutu nternet! XD

      J'aime

      1. M’en parle pas j’ai eu un gros bug dans les commentaires et je m’en suis rendue compte tardivement. C’est ça d’avoir un vieux blog qu’est plus compatible avec toutes ces nouvelles versions !!!! Rhaaa ! Mais bientôt un autre concours sur Insta et j’espère que tu joueras et auras plus de chance 😉 Bisous

        Aimé par 1 personne

  10. Tout à fait d’accord avec toi. Et influenceuse c’est pas un métier ! Pour moi c’est une manière rapide, efficace et peu onéreuse pour que les marques de se faire de la pub. C’est pas la « vraie » vie. Que vont-elles devenir quand elles seront passées de mode, trouver un boulot ? Mais déconnectée comme elles sont du monde du travail, elles vont malheureusement grossir les chiffres de Pôle Emploi ! A l’époque ou je m’intéressais aux youtubeuses beauté je suivais celles dont tu parles dans ton article mais je m’en suis complètement désintéressée. Pas de point commun et j’ai réduit mon budget cosmétique en achetant que ce que j’ai besoin et pas pour sur la mode. D’accord avec toi aussi pour Instagram, je n’arrive déjà pas à regarder toutes les stories sans utiliser l’option accélération alors comment peuvent-elles y arriver même en passant la journée dessus ! Actuellement je dois encore regarder 5 ou 6 youtubeuses/instagrameuses beauté et ça me suffit amplement.

    Aimé par 1 personne

    1. Pareil quand j’ai découvert le Youtube Beauté ou les blogs beauté qu’est ce que j’ai pu claquer d’argent là dedans, j’en suis revenue et pour ce que je me maquille, je trouve que j’en ai encore trois fois trop 😉
      Pareil pour les stories, c’est souvent en acceléré sauf deux ou trois que j’écoute au sport, ça m’occupe XD

      J'aime

  11. Merci sainte Karen (lol) d’avoir dit tout haut ce que je pense tout bas. J’en ai assez de ce comptes instagram au fini parfait comme tu dis…j’ai trente ans mais j’accepte de vieillir et regardez comme mes enfants sont parfaits!!!! Elles se rendent compte qu’elles ont l’air de se foutre de notre pommes ? Tant mieux si tout va bien pas la peine de l’étaler comme la confiture. Perso je ne suis de plus en plus que des comptes de lectures….je n’ai que les couvertures en photos et au moins on partage sur la même base.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis aussi quelques comptes lecture mais là encore « les stars » recoivent beaucoup et je reste persuadée que les avis sont biaisés. Je ne remets pas en doute la sincérité de ces personnes mais tu n’as pas les mêmes attentes quand tu achètes toi même un produit que lorsque tu le reçois donc, a prendre aussi avec du recul…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s