Pologne·Voyage

Voyage – Lublín, Pologne.

Lublin a été ma première étape en Pologne, de Varsovie je n’ai vu que l’aéroport secondaire (je voyage avec Ryan Air) puisque j’avais prévu d’y finir mon périple. J’ai eu tellement de mauvais retours sur la capitale avant de partir que j’ai eu peur de me gâcher le séjour (et la suite donnera raison à toutes les personnes qui m’avait déconseillé Varsovie). Pourquoi Lublin?

image1

J’aime l’histoire et tu vas voir que ce voyage a aussi été le moyen de marcher dans les pages de tellement d’ouvrages que j’ai lu au fil des années. Beaucoup sur la seconde Guerre Mondiale qui tu le sais me touche plus particulièrement.

En Pologne, les traces du passé même sombres n’ont pas été mises au rebut, ni effacé. Je n’ai pas eu l’impression que ces vestiges soient mit en avant non plus. Le poids de l’histoire n’a pas l’air d’en être un, en tout cas c’est ainsi que je l’ai ressenti et j’avoue que ça m’a permis de faire un peu « la paix » avec tout ce malheur. Lublin a longtemps été appelé le Jérusalem de la Pologne, les juifs y avaient construit leur propre ville au pied du château, malheureusement tu te doutes bien que de cette ville il ne reste aujourd’hui pas grand chose, les nazis ont bien entendu tout détruit. Une synagogue et l’ancien cimetière juif (en partie uniquement) restent visibles.

Depuis la place principale (Rynek), un parcours souterrain retrace l’histoire d la ville au 16eme siècle, des tunnels donnant accès sur des caves se propagent sous toute la vieille ville et étaient utilisées par les marchands de l’époque.

 

image2

La vieille ville et le chateau se trouve tout au bout de cette rue piétonne. 

Pour manger et/ou boire un verre tu n’as que l’embarras du choix, des terrasses un peu partout et le plaisir d’un centre ville « silencieux », je l’écris entre guillemets car il y a souvent des manifestations musicales dans les rues des grandes villes polonaises mais bien plus agréable que le bruit de la circulation.

J’ai d’ailleurs pu remarquer que pratiquement toutes les grandes villes avaient choisi de ne pas laisser l’automobile envahir le coeur de leur cité et c’est vraiment une très belle initiative!

Je n’ai pratiquement jamais noté le nom des endroits où j’ai pu manger ou dormir, je n’aime pas donner ce genre de conseils, tout ça est assez personnel et c’est beaucoup trop de pression, imagine que tu déteste un endroit que j’ai adoré, je m’en voudrais de t’y avoir conduit… mais si tu as vraiment besoin d’une ou deux adresses, je me ferais un réel plaisir de te répondre en commentaire ou par mail.

 

image4

Une autre chose qui m’a séduite en Pologne et que j’avais déjà remarqué à Cracovie lors de mes précédents voyages, c’est la vie nocturne des polonais. J’avais pensé qu’il ne s’agissait que de Cracovie qui est la ville la plus touristique du pays et ça, bien avant la capitale mais que nenni… Ces gens ne sont jamais chez eux!

En tout cas, c’est l’impression qu’ils donnent et les villes, elles ont les moyens de leur politique! Des cinémas en plein air (à ce sujet, sache que tous les films étrangers sont doublés par une seule et même voix pour tous les personnages, une voix masculine en général et je t’avoue que Bodyguard dans ces conditions c’est assez épique!), des festivals à toutes les sauces (bières, historiques, politiques, artistiques…), tout est sujet à passer du temps ensemble et en extérieur.

Dans la proche banlieue de Lublin, une campagne magnifique. J’ai passé un après-midi parfait sur le lac Zemborzycki qui est une base nautique immense, très bien pensée et à petit budget.

 

image3

Et puis, il y a eu Majdanek. J’ai visité beaucoup de camps en Pologne, notamment Auschwitz Birkenau mais la visite de celui-ci est vraiment très éprouvante. Je reviens rapidement sur la visite d’Auschwitz car même si elle est empreinte d’une charge émotionnelle forte, les guides sont tellement blasés qu’ils font la visite de façon un peu, comment dirais-je, « mécanique ». Un récit appris par coeur, débité d’une voix monocorde et en anglais (il n’y a pas de visite en français), par conséquent ton oreille est absorbé par son travail de traduction qui donne un recul très particulier à ce que tu es en train de regarder. Mes proches ont eu le même sentiment lors de leur propre visite.

A quelques kilomètres à peine du centre ville de Lublin, Majdanek un camp de concentration et d’extermination où des milliers de personnes ont transité, je ne donne aucun chiffre car personne n’est d’accord mais on le sera tous sur le fait qu’une seule personne tuée, c’était déjà beaucoup trop.

Le camp a été construit sur ordre d’Himmler suite à sa visite de la ville en 1942, et c’est le premier camp a ne pas être « caché », ni entouré d’une zone de sécurité. Le camp se situe sur une zone vallonnée et depuis les fours crématoires, les immeubles de la ville semblent si proche que ça en est effrayant.

Je crois que même à des fins pédagogiques ce camp est le plus dur à « visiter » que je déconseille fortement de le faire avec des adolescents ou des gens trop sensibles, les baraquements, les différents blocs, les fours crématoires, tout est là, si atrocement là et j’ai souvent eu l’impression que ce lieu était « habité ». Le mémorial est vraiment insoutenable puisqu’il contiendrait (information lue sur plusieurs sites) les cendres des victimes laissées dans les fours après le départ des nazis.

Je reviens sur le mot « visite » lorsque je parle des camps, quel mot terrible dans ces circonstances, je n’ai pas « visité » ces lieux, je les ai parcourus avec tristesse, respect pour les victimes, le coeur toujours serré à la pensée des milliers de famille qui se sont éteintes dans ces enfers. Comment des hommes ont-ils pu infliger ça à d’autres hommes? Cette question me taraude depuis plus de 20 ans et je n’ai jamais trouvé une explication qui convienne à mon cerveau.

Primo Levi a écrit dans Si c’est un homme : « Les Allemands ont liquidé le camp de Lublin, une mitrailleuse aux quatre coins et les baraques incendiées; le monde civil ne le saura jamais »

Je n’ai pas pris beaucoup de photos tout au long de ce voyage mais tu peux retrouver l’ambiance de chaque ville sur mes stories permanentes sur Instagram sauf les visites camps que je n’ai bien évidemment pas eu à coeur de filmer ou photographier. 

Suite à de nombreuses demandes, je mets le nom des auberges où j’ai séjourné et le tarif qui est toujours sur la base de 2 personnes, car même si je me suis lancée en auberge de jeunesse (sur le tard ok), je n’étais pas prête à dormir en dortoir. Pour Lublin, il s’agit du Foto Hostel à quelques minutes à pied du centre ville, 3è étage sans ascenseur et très propre pour 22€ la chambre que tu sois seule ou à deux donc.  

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s