Pologne·Voyage

Voyage – Lodz, Pologne.

Lodz qui s’écrit normalement avec plein d’accent bizarre dont je n’arrive jamais à retenir l’exactitude, était la seconde étape de mes vacances. Je n’avais aucune idée de ce que j’allais y trouver, elle faisait partie des villes moyennes de Pologne et donc, une étape sur mon road trip.

Je suis arrivée en fin de journée, sous un ciel bien gris et la ville donne l’impression d’être totalement en rénovation tant il y a de travaux partout. J’avoue que pour apprécier une ville, c’est un début difficile. En prime, la pluie s’est invitée quelques heures plus tard, j’étais fatiguée, trempée jusqu’aux os et affamée, autant te dire que j’étais plutôt mitigée sur l’endroit.

Le lendemain, le soleil était de retour et tout s’est arrangé. Lodz est LA ville de l’industrie du textile et du tissage de la Pologne, elle est surnommée « la ville promise ». Après la Seconde Guerre Mondiale, Varsovie est en ruine, Lodz devient le refuge des artistes en tout genre, cinéma, arts plastiques, mode, tous viennent ici panser les blessures de la guerre et reconstruire le pays.

 

image1

La sensation d’être dans tellement de pays différents en Pologne est assez déroutante. La rue principale, la rue Piotrkowska a un petit air de Nouvelle Orléans et offre un large choix de boutiques et pubs. Et puis, si tu fais attention, à chaque entrée d’immeuble, il y a des arrières cours avec un charme fou, des petits restaurants charmants, des endroits où se poser loin des bruits de la ville. Sur cette même artère, il y a une partie réservée au cinéma polonais avec des étoiles d’acteurs et actrices sur les trottoirs.

Sur la photographie ci-dessous, on est toujours sur la rue principale, il s’agit du OFF Piotrkowska, un espace combinant encore restaurants et boutiques dans une ancienne fabrique de tissus.

image6

La manufaktura est l’ancien site d’Izrael Poznanski un des riches propriétaires de ces fameuses usines textiles. C’est devenu un énorme centre commercial, avec cinéma, restaurants, un théâtre et une grande place avec fontaines et jeux pour enfants.

lodz

L’art est partout dans ce pays mais c’est particulièrement frappant à Lodz où beaucoup d’immeubles ressemblent à des chefs d’oeuvres…

image4

Je crois que mon coup de coeur revient à l’ancienne manufacture de Karl Wilhelm Scheibler et à l’histoire qui s’y rattache bien entendu. Monsieur Scheibler, un industriel allemand ayant fait fortune en Belgique et qui débarque à Lodz pour prendre possession de la ville, en tout cas du marché textile! Scheibler a construit bien plus qu’une usine, une ville parfaite selon lui, un peu comme Godin avec le familistère de Guise dans l’Aisne (oui, je dois toujours faire l’article de ma visite, je sais bien!) .

35644279

Il fait donc construire un peu plus de 200 logements pour ses ouvriers, juste en face de l’usine, cinq écoles élémentaires pour les 2400 enfants que compte la cité, un hôpital de 500 lits avec 6 médecins, une pharmacie qui délivrent des médicaments gratuitement aux travailleurs et à leur famille.

Dans chaque immeuble, de 16 a 18 appartements de 25 à 40m². Des cuisines communes son installées pour les célibataires et les logements un peu plus haut de gamme sont donnés selon le type d’emploi à l’usine (administration, ingénieurs, maîtres…). Des fontaines et des écuries sont installées dans les cours, ainsi que des lavoirs et des zones de séchage pour le linge. Il finira même pas construire un jardin d’enfants et une maison de retraite!

ksiezy mlyn

Les logements sont encore habités de nos jours, et ils étaient en pleine réhabilitation lors de mon séjour. J’aurais adoré pouvoir en visiter un, mais à travers la fenêtre d’un logement inhabité au rez-de-chaussée, j’ai pu constater que toutes les habitations étaient dotées de poêle à bois  qui doivent aujourd’hui couter une petite fortune! Ce lieu est juste impressionnant de par son histoire et même si les logements paraissent désuets aujourd’hui, et qu’ils étaient bien entendu réservés à des travailleurs pauvres, je n’ai pu m’empêcher de faire la comparaison avec des cités ouvrières que j’ai pu visiter au fin fond de l’Angleterre, et je me dis que ces gens-là avaient bien de la « chance » d’avoir un toit « au chaud » au dessus de leur tête!

image2

Si tu vas à Lodz, ne rate surtout pas le quartier Księży Młyn pour faire un saut dans le siècle dernier!

ksiezy-mlyn

Ci dessus, l’usine Scheibler au fond et devant la cité ouvrière, sur le coté gauche de l’usine, la villa blanche était la maison de Karl Wilhelm Scheibler. Aujourd’hui l’usine est un complexe luxueux de lofts au design très contemporain pour la population très aisée de la ville.

Sur le cliché, on peut voir les bâtiments d’habitation sur plusieurs étages et les dépendances dont je te parlais plus haut sur les cotés.

Et puis Lodz comme partout dans le pays, est également chargée d’histoire. C’est également le plus grand cimetière juif d’Europe avec 14 hectares et contiendrait environ 180 000 corps. Il a été fondé en 1892 et miraculeusement épargné par les bombardements. Certains tombeaux sont des chefs d’oeuvre architecturaux comme le caveau de la famille Poznanski, propriétaire d’une des plus grandes usines de la région. Les cimetières polonais font vraiment partis de la ville et de la vie des habitants, en tout cas, c’est l’impression que j’en ai eu. Beaucoup de monde dans les cimetières et  au bout des tombes, des petits bancs de fabrication souvent artisanales où les proches aiment s’asseoir apparement. Le cimetière de Lodz est un peu laissé aux bons soins de la nature qui reprend ses droits quand les familles ne sont plus là pour s’occuper de leurs disparus. Et puis, a quelques mètres de là, encore le souvenir d’un passé terrible, sordide s’invite à la promenade avec « le champ du ghetto » où pas monisme 45000 victimes de nazis ont été enterrées là, pour certains ils ont eux-même creuser leur propre tombe face à leur tortionnaires en 1944 avant d’être assassinés d’une balle dans la tête. En levant la tête, on voit encore très bien les limites du ghetto de la ville à la sortie du cimetière, on peut encore presque imaginer la vie paisible de ses habitants juste avant la guerre.

Ce cimetière est payant (6zl) et j’ai vu des visiteurs  se faire refuser l’entrée si ils n’avaient pas la tête couverte.

image3

La Pologne c’est un peu les montagnes russes des sentiments lors des visites. On passe d’endroits plein de vie, de bruits, de musique, de street art à des traces d’un passé encore très douloureux pour beaucoup.

Lors de ma visite au cimetière, j’ai discuté avec un vieil homme qui me demandait pourquoi j’étais là puisque j’avais l’air de vraiment flâner le nez au vent. Il a été curieux et il a eu bien raison. J’aime beaucoup ce genre de rencontre, où les gens du coin viennent à moi. Souvent des personnes âgées que l’âge protège de se faire envoyer chier, j’imagine…. Bref, alors je lui ai parlé, c’est toujours facile de parler à quelqu’un que tu ne reverras plus jamais. Tu peux te livrer sans avoir peur d’un jugement, tu peux avoir les yeux humides sans avoir peur que l’on abuse d’une sois-disant « faiblesse ».

image5

Je suis allée sur les conseils du vieil homme visiter Radogoszcz qui es l’ancienne gare féroviaire de Lodz et pendant la Seconde Guerre Mondiale, 200 000 juifs polonais, autrichiens, allemands, tchèques ont été déportés via cette gare aux camps de concentration d’Auschwitz et Chelmno.

Bien entendu en rentrant, j’ai continué à me documenter sur ce voyage qui restera gravé dans ma mémoire mais surtout dans mon coeur et je suis malheureusement passée à coté de tellement de choses à Lodz mais comme je l’ai déjà écrit, on ne peut malheureusement pas tout voir mais définitivement, Lodz est une ville à ne pas rater!

Je n’ai pas pris beaucoup de photos tout au long de ce voyage mais tu peux retrouver l’ambiance de chaque ville sur mes stories permanentes sur Instagram sauf les visites camps que j’ai bien évidemment pas eu à coeur de filmer ou photographier. 

J’ai dormi à l’auberge de jeunesse Hostel Flamingo Centrum qui est très bien située, très propre et plutôt au calme. Attention c’est au 4ème étage sans ascenseur et j’ai payé 20€ la nuit en lit double. 

2 commentaires sur “Voyage – Lodz, Pologne.

  1. Mais alors tu habites en Normandie maintenant ?
    Et tu voyages en Pologne ?
    Tu es la fille la plus étrange que je connaisse, c’est bien simple : on dirait moi au féminin…

    J'aime

    1. Dis donc toi, t’as pas envie de me laisser une adresse mail pour que l’on puisse prendre des nouvelles plus discrètes ? J’espère que tout va bien pour toi et ça me fait sacrément plaisir de te savoir toujours là… Par contre, je suis dans le Nord, pas la normandie (j’aimerais bien aussi ceci dit) XD
      La Pologne, c’est LE coup de coeur du moment et pour le toi au féminin, je vais le prendre comme un compliment 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s