Pologne·Voyage

Voyage – Katy Ribackie, Pologne.

Allez respire, ca sent la fin de ce voyage en Pologne. Enfin la fin du road trip de septembre dernier car il est évident que je retournerais dans ce pays. Les gens, la culture, l’Histoire et les paysages sont fascinants. Un accueil toujours bienveillant, de belles rencontres et, voyager seule, c’est s’offrir le luxe d’aller à la rencontre de l’autre sans entrave. La rencontre est plus facile lorsque l’on est seule, fatalement.

Je t’ai parlé dans le dernier article de mon projet d’aller jusqu’à la tanière du loup et du manque d’énergie à ce moment là du voyage. Mon père m’avait parlé d’une enclave russe pas très loin de l’endroit où j’étais. J’ai fait quelques recherches sur Internet et ma curiosité a aussitôt été piquée au vif.

C’était finalement assez amusant de penser que j’étais partie d’un bout de l’Europe et que j’étais arrivée à l’opposé.

 

image9-1

J’ai traversé des forêts magnifiques, des villages côtiers pittoresques, je me suis souvent demandé où j’allais attérir et puis, une aire de stationnement indiquant la plage. Cette pinède qui me rappelle celle des vacances estivales en famille sur la côte basque et puis, de nouveau la Baltique. La mer me fascine depuis toujours mais celle-ci encore plus, l’attrait de l’inconnu, j’imagine. Et puis, en pointant mon regard sur la photo juste au dessus, je me rends compte que je regarde la Russie. Un jour, j’irais à Saint Petersbourg. Enfin, j’espère.

J’ai passé la nuit dans un chalet entre mer Baltique et lac sur un bras de lande qui sépare la Pologne de cette enclave Russe du nom de Kaliningrad (ou Kronisberg en polonais). Une enclave que la Russie a voulu restituer à la Pologne ou à l’Allemagne mais personne n’a voulu, trop de souvenirs terribles, trop de blessures à remuer…

image7

C’est dans cette zone marécageuse et que j’imagine glaciale l’hiver qu’a été contruit Stutthof. Originellement un camp de déportation qui finira en camp d’extermination avec des crimes plus odieux les uns que les autres. Je te laisse faire des recherches si tu veux en savoir plus, je ne veux pas heurter les sensibilités par ici et surtout pas avec ce sujet. Je n’ai pris aucune photo à l’intérieur des camps où je suis allée me recueillir, quelques unes « juste » de l’extérieur et ça m’a déjà profondément mise mal à l’aise.

Ces visites de recueillement ont été difficiles à vivre, j’ai été surprise de voir de jeunes enfants dans ces endroits. Il est important d’entretenir un devoir de mémoire mais, je pense que ces lieux ne devraient pas être autorisés aux enfants de moins de 11/12 ans.

A plus de 40 ans, je ne suis jamais sortie « indemne » de ces camps de l’enfer. Sur Birkenau, il y a certains bâtiments du camp où je n’ai pu aller car mes jambes ont refusé d’aller affronter l’insoutenable cruauté humaine.

Pour autant,  à titre personnel, je suis heureuse et sereine d’avoir pu m’y recueillir.

Un jour, j’irais en Israël. J’espère…

image8

Pour la petite anecdote, je suis allée jusqu’à la frontière pensant naïvement qu’il ne faudrait peut-être pas de visa pour les ressortissants européens pour entrer dans cette enclave russe. Je suis trop naïve. Les Russes, en tout cas les douaniers russes, ne sont pas les plus sympathiques que j’ai pu croiser dans ma vie. Dans un ordre d’accueil, ils arrivent juste derrière la douane thaïlandaise. Je t’ai déjà raconté que je me suis faite refouler de ce pays vers Singapour, avec accompagnement et débarquement policier?

J’ai reprit la route pour enfin découvrir Varsovie, qui fut sans surprise, la déception de ce voyage. Une courte pause d’une nuit dans une ville nommée « Elblag », le clin d’oeil à la ch’ti en moi était obligatoire : j’ai dormi à « eul’blague » et si tu ne parles pas ch’ti, ça ne veut absolument rien dire pour toi et à l’écrit, ce n’est pas drôle du tout.

Et c’est une évidence, j’y retournerais. Il parait que les montagnes sont magnifiques.

Je n’ai pas pris beaucoup de photos tout au long de ce voyage mais tu peux retrouver l’ambiance de chaque ville sur mes stories permanentes sur Instagram

J’ai dormi dans un chalet à Domki Skowronki qui est situé entre lac et mer du Nord, très propre et très au calme. Le tarif est de 20€ la nuit par chalet et le propriétaire est charmant! 

4 commentaires sur “Voyage – Katy Ribackie, Pologne.

  1. Je te trouve très courageuse de « visiter » ces camps, pour ma part, c’est impossible, pareil pour la lecture, je suis incapable de lire tout ce qui touche la 2eme guerre mondiale, mon grand-père m’a tellement raconte quand j’étais petite. Je suis en admiration devant toutes les personnes qui font revivre l’histoire par des livres, des films, des visites guidées etc.
    Tes articles sont donc juste comme il faut pour mon âme sensible…

    Aimé par 1 personne

    1. Lapremière fois que je suis allée en Pologne, j’y allais pour me recueillir. Visiter ses camps, c’est remonter l’Histoire mais aussi mon histoire. Pour les visites, je les ai faite à mon rythme et ne m’imposant rien, quand émotionnellement je ne pouvais plus, je n’ai pas continué. Malgré tout ce que l’on m’a raconté, tout ce que j’ai pu lire, je crois que mon cerveau n’arrive pas à assimiler toute la cruauté et la bêtise de ces gens qui ont participé au génocide…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s