Le Nord

Le Nord – Le Familistère Godin à Guise.

Cette année, il semblerait qu’il faille mieux rester en France pour les vacances et même dans sa région, ce serait encore mieux. Sont comiques les politiciens qui ne vivent pas dans le nord à l’année, je trouve… Moi aussi je veux mon coin de ciel bleu et voir la mer! A Valenciennes, le bleu tu le trouves au fond de mes yeux et puis c’est tout. Bref, j’espère pouvoir retourner en Pologne bientôt mais ce ne sera pas cet été visiblement. Bon, je ne fais pas ma malheureuse, je rejoins ma mère à Argelès sur mer en septembre et je sais que j’y passerais deux semaines paradisiaque (chez ma mère, c’est la meilleure cantine du monde!).

Bref, j’arrête de te raconter ma vie, pour te raconter celle de Monsieur GODIN, nettement plus intéressante!

IMG_6789

Jean Baptiste André GODIN, est un gars du coin, né à Esquéhéries (un bled paumé dans l’Aisne) en janvier 1817 et mort à Guise en janvier 1888. Un idéaliste, inspiré par le socialisme utopique, il est un grand industriel français en fabriquant des poêles en fonte qu’on ne présente plus aujourd’hui.

EN 1855, il participe financièrement au phalanstère de la Réunion de Monsieur CONSIDERENT, au Texas. Il y perdra un tiers de sa fortune personnelle, au lieu de renoncer, ce revers lui donne envie de se lancer mais seul.

La redistribution des richesses aux ouvriers est pour lui une obligation. Il veut également offrir à ses employés, le confort dont dispose les bourgeois de l’époque. Il va donc créer autour de son usine, sa cité parfaite et qui à l’époque allait devenir révolutionnaire.

IMG_6788

Tout est pensé dans son Palais Social, une buanderie (onn y seche le linge pour éviter l’humidité dans les logements), un lavoir, et même une piscine pour que les enfants d’ouvriers apprennent à nager et ne se noient plus dans l’Oise ou dans la Canal de la Sambre.

Un potager qui permet à la cité d’approvisionner l’épicerie communautaire et de fournir des fruits et légumes aux familles ouvrières à moindre coût et toute l’année.

IMG_6786

IMG_6787

Les logements sont modernes pour l’époque, chauffage centrale, distribution de l’eau courante (celle qui sert a refroidir les machines de l’usine et qui arrive donc à bonne température), douche et toilettes, éclairages au gaz.  Il offre des avantages sociaux uniques pour l’époque comme une assurance maladie et même une retraite!

Le complexe bénéficie d’une école pour les jeunes enfants en journées et cours du soir pour adultes après le travail, le coût étant pris en charge par l’usine.

L’attrait est tel que durant la construction de cet ensemble immobilier, 1500 personnes travaillent à l’usine, sur le trottoir juste en face.

IMG_6790

 

IMG_6791

La cour reste le lieu de rassemblement où ont lieux les bals, les discours, les remises de médailles et fait de ce lieu, le lien social entre les ouvriers.

Le familistère survivre à son architecte pendant plus de 70 ans mais en 1960, les habitations deviennent trop vétustes et le coût de la réhabilitation est beaucoup trop élevé pour une société qui n’est plus très rentable.

Le Creuset rachète Godin dans les années 1970, elle revendra la fabrication des poêles à Cheminées Philippe en 1988 qui continue aujourd’hui d’en fabriquer à un prix exorbitant….

IMG_6792

Le familistère est rénové et devient un musée, dans lequel le temps n’existe plus et où il fait bon s’imaginer les rires des enfants d’ouvriers devenus grâce à un seul hommes de sacrés priviliégiés…

Le Familistère en chiffre?

  • 10 millions de briques ont été nécessaires à la construction des trois pavillons du Palais Social.
  • 30 000 m2 de surfaces sont offerts par l’ensemble des trois pavillons.
  • 1 kilomètre de coursives parcourt les trois pavillons du Palais.
  • 500 fenêtres percent les façades des trois unités d’habitation.
  • 495 appartements sont aménagés dans l’ensemble des cinq pavillons du Familistère avant 1918.
  • 1 748 personnes habitent au Familistère en 1889.
  • 50 berceaux peuvent être installés dans la nourricerie du Familistère.
  • 796 invités participent au banquet de la cinquième fête du Travail organisé dans la cour du pavillon central en 1872.
  • 1 526 employés travaillent dans les usines de la Société du Familistère en 1887.
  • 2 500 est le nombre record d’employés de l’Association du Familistère de Guise et de Bruxelles en 1930.
  • 4 000 modèles d’appareils et d’accessoires sont fabriqués par la Société du Familistère en 1914.
  • 210 000 appareils sont expédiés par les usines de Guise et Bruxelles en 1913-1914.

Si tu veux en savoir plus sur Monsieur Godin, voici le lien d’une vidéo qui devrait te plaire 😉

6 commentaires sur “Le Nord – Le Familistère Godin à Guise.

  1. Vraiment je suis toujours impressionnée par la région du Nord, que je ne connais pas (je suis du Sud, très Sud même), et comme je te l’ai déjà dit, je m’en étais faite une idée assez « sombre » et « triste », et en fait, ça a l’air tout le contraire! A visiter………un jour.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s